Retrait De Didier Drogba – Roi Incontesté, Pourtant Sans Couronne Qui Sort Par La Grande Porte

0
4

«A un moment donné, il faut savoir s’arrêter. C’est le bon moment pour arrêter, laisser la place aux jeunes, et construire une équipe pour les années à venir. C’est une décision difficile parce que je sais de quoi je suis capable mais à partir du moment où je sens qu’on n’a plus confiance en moi comme avant, je pense que c’est une décision sage. Je suis à la disposition du pays mais pas pour jouer. C’est fini », a annoncé le 8 août 2014, Didier Drogba, tournant ainsi une page du football ivoirien. Didier Drogba, l’enfant de Niaprayo à 5 km de Guibéroua et 45 km de Gagnoa, né le 11 mars 1978 à Abidjan et qui a fêté ses 36 ans, est un véritable roi. Il fait partie de cette génération dorée de footballeurs ivoiriens qui ont fait rêver et qui ont qualifié la Côte d’Ivoire pour la première fois dans une phase finale de coupe du monde en 2006. Puis en 2010 et 2014 avec le brassard de capitaine. Avec les Eléphants, il a disputé deux finales de Coupe d’Afrique (CAN) qu’il a perdues. Drogba a toujours brillé mais n’a jamais eu la chance de permettre à la Côte d’Ivoire de glaner des lauriers bien qu’il ait permis l’ouverture de nombreuses portes à son pays. En douze (12) ans, il affiche 106 sélections nationales pour 66 buts à son compteur. Son palmarès avec les Éléphants (Can : finaliste en 2006 et 2012) reste vierge malgré un titre de meilleur joueur de football africain qui fait de lui, un roi sans couronne. International Ivoirien, il a joué dans les plus grands clubs d’Europe et a remporté en 2012, la Champion’s League avec Chelsea, son club fétiche devenu le club de beaucoup d’ivoiriens.

Regard panoramique
Son parcours en clubs :
– Il a signé sa toute première licence à S.C. Feignies,
– 1989 : il rejoint le Sporting Club Abbeville,
– 1991-1993 : il joue au AGMB dans le Loiret,
– A 19 ans, il rejoint Le Mans où il signe son premier contrat professionnel,
– 2002 , il rejoint En Avant de Guigamp et termine à trois points de la Ligue des Champions,
– 2003 : il signe à Marseille où inscrit 19 buts en championnat,
– Juillet 2004 : il rejoint Chelsea pour un transfert évalué à 38 millions d’euros,
– 19 juin 2012, il signe un contrat de 2 ans et demi avec le club chinois de Shanghai Shenhua,
– 28 janvier 2013 : il quitte Shanghai et s’engage avec Galatasaray.
– 10 mars 2012, il devient le premier joueur africain à avoir marqué 100 buts en Première League.

Même si partir c’est un peu mourir, il faut savoir partir

 « La Coupe d’Afrique de l’année prochaine sera sans aucun doute ma dernière. A un moment de la vie, il faut prendre des décisions. Je peux aussi confirmer que le Mondial 2014, si nous nous qualifions, sera ma dernière au niveau international », confiait-il. C’est dire que sa décision n’a pas été prise sur un coup de tête comme il sait si bien le faire pour marquer des buts mais savamment mûrie. Après une Coupe du monde qui a été une totale déception, un statut de remplaçant moyennement apprécié et la bizarre affaire du brassard avec Yaya Touré, Didier Drogba avait vu sa côte baisser d’un côté et de l’autre, les partisans du renouvellement générationnel qui se faisaient de plus en plus nombreux en Côte d’Ivoire. A 36 ans, au lieu d’attendre d’être poussé à la porte de sortie (la petite porte), le roi sans couronne a choisi de s’en aller par la grande porte. Même si ses partisans, encore nombreux, disent pour ceux qui accusent le coup : « C’est un sentiment de mal immense que Didier parte ainsi. Ce Monsieur a marqué sa carrière de footballeur dans l’équipe nationale ivoirienne avec de jolis buts, des buts marqués à des moments cruciaux où les ivoiriens en avaient vraiment besoin. Même s’il n’a pas rapporté de coupe à la nation, il n’a pas démérité. Que sa retraite se passe dans les meilleures conditions et merci pour ce grand service rendu au peuple ivoirien. Au revoir Capi ». Ceux qui ne veulent pas lâcher prise, lui lancent cet appel : « Capi, pour construire une équipe future, il faut un repaire et tu constitues à nos yeux et pour beaucoup d’Ivoiriens, ce repaire. Il serait dommage pour l’ensemble du peuple, joueurs et supporteurs, de te laisser abandonner tes jeunes frères. Donne nous la chance de te voir avec les éléphants pour la CAN 2015 et après on avisera. Tu as un destin à honorer et cela doit se faire à la tête de cette équipe pour les années à venir. Pardonne-nous les mauvais traitements à toi infligés et fais ce sacrifice pour le peuple Ivoirien. Merci Capi ».

Adieu le Roi ! Vive le Roi !

Ainsi se referme une page d’une palpitante et époustouflante histoire du football ivoirien avec Didier Drogba qui a été sous les feux de la rampe durant huit (08) ans. Après les dures batailles qui laissent forcement des séquelles, il faut permettre au guerrier de se reposer. L’enfant de Niaprayo, Didier Tébily Drogba mérite « le repos du guerrier », son repos car c’est un être humain et non une machine. Etant encore adulé par de milliers d’ivoiriens et d’admirateurs, qu’on laisse se reposer  l’enfant devenu adulte afin qu’il puisse lui aussi, s’occuper de sa petite famille avec ses trois (03) enfants. Acceptons le fait que lorsqu’on voudra un jour parler d’un pan de l’histoire du football ivoirien, l’on puisse dire avec toujours joie et fierté : « Il était une fois, Drogba ». Vive le Roi !

 

Auteur :

Source :

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here