Partir Et Rester : Quand Le FPI et l’AFD Pratiquent La Danse De La Menthe Religieuse

0
2

Si le FPI et ses alliés de l’AFD voudraient bien créer une tempête dans un verre d’eau, ils ne s’y seraient pas pris autrement. « Nous quittons, nous partons mais nous revenons », semble être la ritournelle préférée de ce parti spécialiste de la danse de la menthe religieuse. Cet insecte de nos forêts qui aime tanguer, (marche ou danse), sans indiquer qu’il veut aller de l’avant ou retourner. On se souvient que le 5 septembre dernier, les représentants de l’AFD avaient claqué la porte après la reconduction de Youssouf Bakayoko à la tête de l’Institution, s’insurgeant contre un « vote mécanique’’ et entrainant dans leur sillage, le représentant du clergé. Car cette opposition exigeait la présidence de la CEI. De guerre lasse, elle dit avoir mis de l’eau dans son vin » en décidant de reprendre les discussions. Aujourd’hui, après avoir « mis de l’eau dans leur vin », disent-ils, ils reviennent avec d’autres revendications. Pourtant, le gouvernement réuni en Conseil des ministres extraordinaire vendredi 3 octobre dernier, a adopté un projet de loi modifiant la composition du bureau de la Commission Electorale Indépendante qui passe de six à neuf membres, créant ainsi, trois postes supplémentaires au sein du bureau avec deux secrétaires et un quatrième vice président. Qui vont surement revenir à l’opposition pour calmer leurs jérémiades interminables. Comme si ce sont ces postes de la CEI qui rempliront les urnes en lieu et place des électeurs qui ont des yeux pour voir les réalités autour d’eux.  «  Le chef de l’Etat a décidé de faire un effort supplémentaire pour intégrer l’opposition à cette CEI dans un souci de consolidation de la paix et de renforcement de la démocratie. Nous avons toujours tendu la main à nos frères de l’opposition et nous continuons de leur tendre la main. C’est ensemble que nous, citoyens de ce pays allons œuvrer à sa reconstruction et à la réconciliation. La décision de modification prise au regard du contexte politique actuel, vise à ramener l’opposition à la table de discussion », avait déclaré  le porte-parole du gouvernement, Bruno Nabagné Koné. Bien avant, Le 1er octobre, l’opposition pro-Gbagbo, l’AFD, avait exprimé son vœu de reprendre le dialogue avec le pouvoir, après plusieurs semaines de bras de fer et de montée de ton inutile. Après le geste du gouvernement ivoirien vers cette opposition spécialisée dans la marche ou la danse de la menthe religieuse, son porte-parole, Danièle Boni Claverie, de déclarer : « Nous sommes tous animés par la volonté de paix. C’est ce processus qui doit nous amener aux échéances de 2015. Nous allons revenir à la table de négociations pour trouver un terrain d’entente », tout en affirmant apprécier  l’initiative dont l’AFD compte bien profiter, pour tenter d’améliorer plusieurs points non satisfaisants, selon elle. « Nous demandons que les postes de vice-président aient un contenu », ajoutera-t- elle. Et voilà que ça recommence après qu’elle (l’opposition) se soit montrée exigeante en réclamant la présidence de la Commission électorale indépendante (CEI). Bien que l’opposition n’ait pas encore formellement rejoint la CEI, ce qu’elle fera forcement car tous les ivoiriens savent comment avance une menthe religieuse, Bruno Koné a déclaré que « Le gouvernement ivoirien n’a jamais fermé la porte du dialogue ». Le Projet de loi portant modification de la loi sur la CEI devra bien entendu, être validé par l’Assemblée nationale au cours d’une future session. Il faudrait que le FPI et ses alliés de l’AFD comprennent que la CEI est simplement chargée
d’organiser des élections au cours desquelles, ce sont les ivoiriens seuls qui voteront. Si l’on ne se fait pas confiance, sont-ce des martiens qui viendraient l’organiser pour nous, ou, allons-nous laisser la communauté internationale l’organiser ? La paix s’obtient aussi au prix de la mutuelle confiance.

Khalil Ben Sory

Auteur :

Source :

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here