Paix Et Emergence, Priorités Des Ivoiriens

0
6

Nous croyons en l’émergence de ce pays. Réjouissons-nous, car la bonne nouvelle, c’est que le président Alassane Ouattara s’y attèle. Avec comme axes stratégiques, l’accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie ; le développement des infrastructures ; le renforcement du capital humain ; le renforcement de la qualité de gouvernance et le développement équilibré et durable de l’espace national.

Les actions menées par le chef de l’Etat, depuis plus de trois ans, ont favorisé le renforcement de la qualité de la gestion des finances publiques, le renforcement de la gouvernance administrative, la consolidation du cadre macroéconomique, la dynamisation du secteur privé et le développement des entreprises, la diversification de l’économie et la promotion de l’intégration régionale et le positionnement de la Côte d’Ivoire dans les réseaux mondiaux. Mieux, on note un développement spectaculaire des infrastructures. Sans oublier le renforcement du capital humain à travers la maitrise démographique, la promotion de l’éducation, l’amélioration du système sanitaire, la création et la promotion d’emplois décents et la réduction des inégalités de genre et le renforcement de la protection sociale.

Indiscutablement, la Côte d’Ivoire a fait beaucoup d’efforts dans le sens de l’amélioration de la croissance et de la réduction de la pauvreté, mais beaucoup de défis et d’enjeux demeurent. Notre administration a un besoin de productivité. Les pertes de temps étant un facteur restrictif de la croissance. La forte politisation de l’administration publique est également un mal à endiguer. Il faudra donc poursuivre les réformes, mais surtout avoir le courage des réformes qui nécessitent un minimum de persévérance puisque les résultats ne sont pas immédiats, ils se ressentent à terme. 

Par ailleurs, loin des diatribes politiciennes, les Ivoiriens rêvent de vivre dans un pays de paix et de stabilité, où il fait bon vivre avec une réduction drastique de la pauvreté. Après plus d’une décennie de crise, nous voici de retour dans la jouissance du droit à la tranquillité publique. Malgré l’âpreté de l’épreuve, notre joie n’en est que plus intense et nous ne sommes pas prêts à faire l’expérience d’une nouvelle crise. Vis-à-vis du peuple ivoirien, comme d’ailleurs de multiples autres personnes d’horizons et profils divers venues au chevet d’une Côte d’Ivoire malade de la contradiction de ses filles et fils, la dette de nos politiciens est insolvable, parce qu’ils nous ont arraché ce qu’il y a de plus cher pour l’homme : le droit à l’humanité. Les Ivoiriens sont des hommes dotés de raison. Ils refusent de se muer en animaux féroces dont l’instinct est aux antipodes de la cohésion sociale. Les crises nuisent à la crédibilité de notre démocratie et à notre capacité à entretenir la paix pour un développement harmonieux et durable.

La paix retrouvée, nous y tenons comme à la prunelle de nos yeux, et demandons à Dieu de pardonner à ceux qui, ne pouvant s’inscrire sur dans cette dynamique houphouétiste, portent l’impudeur de nous inviter à nouveau au conflit inutile. Nous osons croire que l’épreuve est terminée pour la Côte d’ivoire, et que dès maintenant, elle peut prendre place à la table de la félicité, aux côtés des nations émergentes. Accrochons-nous aux signes qui nous indiquent que les déboires appartiennent au passé. En vérité, nous  avons espoir que notre nation renaîtra toujours de ses cendres, parce qu’en dépit des crises politiques successives qui nous engloutissent, il y a des citoyens patriotes dans toutes les contrées de notre pays, dans toutes les catégories sociales, dans toutes les générations, et dans tous les camps politiques. A ceux-là, qui dans les moments de désespoir national, ont été pour la Côte d’Ivoire, une bouée de sauvetage, nous voudrions communiquer notre foi en un pays radieux, où la fraternité est agissante et transcende les barrières ethniques et partisanes. A la classe politique, non point en donneurs de leçon, osons dire : « Mon parti d’accord, ma patrie d’abord». Paix et émergence, voilà nos deux priorités.

Par le Dr ALEXIS GEORGES KOUNOUHO

georexk@gmail.com

lementor.net

 

Auteur :

Source :

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here