Le Rythme De Croissance De L’Afrique Subsaharienne Dépasse Celui Des Réformes Politiques (Rapport RiskMap 2015)

0
24

Abidjan, 24 fév (AIP) – Le rythme de croissance de l’Afrique subsaharienne a dépassé celui des réformes politiques, révèle le rapport RiskMap 2015 présenté mardi à Nairobbi (Kenya), le cabinet de conseil international spécialisé dans la gestion des risques, Control Risks.

Ce rapport annuel RiskMap a été présenté à l’intention de chefs d’entreprise d’Afrique de l’Est. Il constitue un guide bien établi faisant autorité ainsi qu’un élément de référence essentiel pour les décideurs politiques et les chefs d’entreprise soucieux d’identifier les tendances mondiales qui seront à l’œuvre au cours de l’année à venir.

De fait, le rapport RiskMap met en lumière les tendances sous-jacentes les plus importantes en matière de risques et de sécurité sur le plan mondial, et fournit un aperçu détaillé des marchés qui compteront le plus en 2015.

Selon le rapport, l’année 2015 devrait commencer à mettre en évidence certaines limites politiques de la croissance de l’Afrique subsaharienne. Le rythme de la croissance économique a dépassé celui des réformes politiques et les gouvernements ne sont, pour l’heure, pas parvenus à trouver une solution aux principaux problèmes structurels auxquels ils sont confrontés.

« Le terrorisme devrait continuer à faire les gros titres de l’actualité africaine en 2015, mais il demeurera local », prévient l’étude. Le rapport souligne aussi que les niveaux de piraterie observés en Afrique de l’Est resteront faibles, reflétant ainsi le recul des actes de piraterie par enlèvement contre rançon tel qu’il est constaté en Somalie depuis la mi-2011.

D’après le texte, les importants investissements étrangers réalisés dans le domaine énergétique en Afrique de l’Est ainsi que la perspective d’un boom des ressources mettent les systèmes politiques sous pression.

Daniel Heal, directeur général en charge de l’Afrique de l’Est au sein de Control Risks, a expliqué qu’en 2015, l’on devrait commencer à observer certaines limites politiques de la croissance de l’Afrique.

« À ce jour, les gouvernements n’ont pas réussi à trouver de solution aux principaux problèmes structurels auxquels ils sont confrontés, étant précisé qu’en général, la croissance se développe malgré l’action des gouvernements plutôt que grâce à elle », a-t-il dit.

S’il est encourageant d’observer les importants investissements étrangers réalisés dans le domaine énergétique en Afrique de l’Est, la prudence reste néanmoins de mise. Qu’il s’agisse de la distribution des bénéfices ou des modifications législatives et réglementaires à venir, il est en effet trop tôt pour faire des prévisions concernant l’évolution de certaines questions clés.

La probabilité de conflits liés aux ressources semble toutefois faible, car ces secteurs n’en sont qu’à un stade encore trop peu avancé de leur développement pour provoquer des conflits.

AIP

Auteur :

Source :

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here