Le bal des corbeaux….

0
5

« Enfin ils se réveillent ! »…. « Bienvenue dans le monde réel ! »….. « Vous ouvrez enfin les yeux ! »…. « Les écailles commencent à tomber ! »….. Que de mots n’emploie-t-on pas ces temps-ci pour apostropher tous ceux qui reconnus à tort ou à raison pour leur sympathie envers l’actuel pouvoir ont entrepris de porter la critique et de dénoncer ce qu’ils considèrent comme des inconduites dans la gestion quotidienne du pouvoir ? Tout de même curieux cette attitude !!!! Qu’y a-t-il d’étonnant à ce que des citoyens donnent un avis objectif sur une situation et réprouvent des décisions qui leur semblent incongrues quand bien même celles-ci seraient portées par leur camp politique ?! On se le demande bien…

Non, non, non ! Il n’y a aucun réveil. Et cela d’autant plus que nous n’avons jamais dormi. En tout cas pas du sommeil de ceux qui pendant longtemps ont été maintenus dans l’envoûtement et dont la tendance naturelle au suivisme confinait au rôle immuable d’applaudisseurs même quand on leur arrachait la peau. Et c’est quand même amusant que ce soit ces derniers qui s’égosillent aujourd’hui à revendiquer une victoire là où ils auraient dû être dans l’affliction devant la leçon qui leur est donnée. Quoi donc ?!!!! Dans ce pays il y a des gens qui peuvent critiquer leur propre camp et s’opposer à des décisions prises par le chef !!!!! Dans ce pays Il y a donc des hommes d’honneur et de probité capables de s’élever au-dessus des considérations partisanes et de jeter un regard neutre sur une situation ?!!!!! Eh oui ça existe…. L’époque des béni oui oui qui approuvaient tout, justifiaient tout, excusaient tout et recherchaient un bouc émissaire étranger à leurs problèmes alors même que le coupable se trouvait sous leur nez, eh bien cette époque est révolue. La parole est libérée et nous entendons bien en profiter.

Mais qu’on ne s’y trompe pas ! Notre fronde n’a pas valeur de reniement de nos certitudes ni de renonciation à nos convictions. Qui aime bien châtie bien ! Notre foi profonde est inébranlable et ne saurait vaciller sous le coup de difficultés passagères. Les maquisards peuvent aller recruter ailleurs. Nous ne ferons pas le lit des factieux qui tapis dans l’ombre espèrent capitaliser notre contestation pour assouvir leurs desseins brumeux. Le combat contre la cherté de la vie mérite d’être mené. Et nous entendons le mener à notre manière, avec tous ceux qui partagent nos valeurs et croient aux promesses de succès qui fondent une espérance en des lendemains meilleurs. En aucun cas nous ne nous mettront à la remorque des apprentis sorciers et éternels apostats, ces abonnés du double langage qui n’apprécient toute situation que sous le prisme de leurs préjugés politiques. Quand c’est noir nous le diront. Mais quand c’est blanc, nous le diront aussi.

Il s’agit ici moins de servir des rodomontades sur une victoire chimérique ou de jacter sur qui a eu tort d’avoir raison trop tôt ou eu raison d’avoir tort trop tard. Il s’agit plutôt de converger les actions afin de contrecarrer ceux qui se revendiquant d’une légitimité dont ils nous sont redevables, et fort de l’aura que leur confère le chef croient pouvoir nous éblouir avec des entreprises déraisonnables et des explications biscornues. Ils en porteront la responsabilité ici et maintenant, aujourd’hui et demain.

Tout citoyen sait qu’il doit donner de lui-même pour le bien de la communauté. Et les ivoiriens ont toujours prouvé qu’ils étaient prêts à consentir des sacrifices. Mais on ne doit l’exiger que dans la mesure du supportable et seulement si cela en vaut la peine. Or les efforts qu’on nous demande sont sans rapport avec des résultats concrets pas plus qu’ils ne sont portés par des explications convaincantes. À quoi bon nous avoir habitués au miel et conditionné notre palais à la douceur si c’était pour nous prescrire aussitôt après un digestif aussi acidulé ??!!!

Il ne faut pas minimiser la grogne populaire en banalisant les réactions des consommateurs. Ventre affamé n’a point d’oreille ! L’expérience a prouvé que certains bouleversements sont partis de revendications qui paraissaient anodines. Un Chef qui sait s’entourer et maîtrise sa colonie préviendra toujours les crises et devancera tous ceux qui ont en projet de le déstabiliser en surfant sur la vague contestataire. Le temps est venu de renouer le dialogue avec la base et d’utiliser les canaux officiels pour se faire comprendre. Les explications lapidaires et les réactions au débotté ne font que braquer les populations et saper la confiance longtemps entretenue avec les citoyens. Seuls ceux qui ne font rien ne commettent pas d’erreurs. Il n’y a aucune honte à s’arrêter là où la raison le commande et à reculer là où la nécessité l’exige…..

Jean L’ecclesiaste

Auteur :

Source :

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here