« Affaire Gbagbo n’est pas notre vision, mais la Côte d’Ivoire »: Simone Ehivet Gbagbo dans l’œil du cyclone

0
187

L’intervention de l’ex-première Dame, Simone Ehivet Gbagbo, le samedi 30 novembre 2019, à la 5e Assemblée Générale Ordinaire de l’Organisation des Femmes du Front Populaire Ivoirien (OFFPI), que lementor.net a fait écho, n’a pas du tout été du goût de certains militants du FPI.

Elle a suscité une vive colère dans le camp des Gbagbo ou Rien (GOR), qui n’a pas du temps pour régir vigoureusement en réponse à cette déclaration.

Voici la déclaration de Simone Gbagbo qui a mis le feu aux poudres au FPI : « Laurent Gbagbo ne devrait pas être la vision du FPI. Notre vision, c’est la Côte d’Ivoire nouvelle. (….). Celui qui dit qu’il veut faire de Gbagbo Laurent l’unique objet de nos revendications, répondez lui clairement: arrière de moi Satan. Nous devons suivre Laurent Gbagbo parce que nous partageons sa vision et non pour des raisons personnelles car celles-ci sont fragiles  ».

En réaction, le service de communication se réclamant proche de la branche FPI-GOR a posté sur la toile, le dimanche 1er décembre, cette réponse : « Laurent Gbagbo est, non seulement, la tête qui symbolise notre vision mais il est également notre vision. Et, au delà, il est la vision. Nous, nous sommes les Gbagbo ou Rien. Que le Seigneur nous délivre de Satan, en ce dimanche, tous ceux qui pensent le contraire ». 

Au cours de cette même Assemblée, plusieurs femmes n’ont pas manqué sur place de se désolidariser des propos de Simone, qu’elles  estiment comme dérapages graves. Elles l’ont manifesté en l’accueillant dans la salle à Yopougon par des désapprobations. Et Simone Gbagbo a même été recadrée par ces en colère, l’invitant à plutôt se prononcer sur le thème de la rencontre. « L’OFFPI face aux défis de 2020 »

Certaines sources proches du FPI vont jusqu’à dire que cette sortie de Simone Ehivet Gbagbo est à dessein. En fin politicienne, elle est guidée par l’ambition présidentielle qui l’anime, à la place de son mari qui est encore dans la nasse de la CPI.  

Déjà, il est su de tous l’existence d’un malaise entre la branche légale du FPI que dirige, Pascal Affi N’Guessan et l’ancienne Première Dame. Le premier accuse cette dernière de diriger la fronde.

La guerre de clans qui bat son plein.  Récemment, dans un communiqué datant du 26 août 2019, Assoa Adou, Secrétaire Général du FPI, a pris la décision de suspendre Serge Apkelé Adjé Séverin, réputé très proche de Simone Gbagbo, de ses fonctions de 2è secrétaire national chargé des fédérations de la région du Sud-Comoé. Une décision qu’il avait justifié par des raisons de défaillance du concerné. 


Auteur : Bayo Fatim

Source : Lementor.net

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here