Editorial : Le football expliqué par Alassane Ouattara

0
410

La Côte d’Ivoire s’apprête à abriter sa Super-Coupe nationale de football. C’est un tournoi qui oppose chaque cinq ans les meilleures formations du pays. Sa spécificité est qu’elle suscite beaucoup de tension. En vérité, le souci majeur est que toutes les équipes se disputent un joueur redouté de tous les défenseurs : Alassane Ouattara.

Bien avant le lancement du tournoi, la star met le feu aux poudres en semant le doute sur sa participation à la compétition finale en déclarant :  » La composition définitive de mon équipe sera connue en 2020 « . Jouera-t-il ? Ne jouera-t-il pas ? Pour les uns, il ne doit pas jouer. Pour les autres, c’est impensable que son équipe se passe de lui.

Lorsque le trio arbitral fait son entrée sur la pelouse, les contestations fusent de partout. On veut savoir si les arbitres n’ont pas été recrutés parmi ses supporters. La FIFA est sollicitée, qui déboute les plaignants. Le tournoi commence.

Pendant que les équipes s’affrontent, joueurs et spectateurs ont les yeux rivés sur le banc de touche.

Soudain, l’homme se lève et commence à faire des étirements. Nouvelle clameur dans le stadium. Pourquoi se lève-t-il ? Va-t-il jouer ? Les adversaires sont perturbés. De nouveau, la FIFA est sollicitée en vue de l’empêcher de porter le brassard de son équipe. Non-lieu, déclare encore l’instance internationale.

Quelques temps après, l’homme met en garde :  » Vous pouvez aligner qui bon vous semble, mais si je vois des vedettes sur le terrain, je joue « . Tollé général. Chaque équipe ayant réservé le meilleur de son écurie pour la phase finale, les classements sont revus. L’hystérie commence à gagner tout le monde. Ça calcule fort…

Lorsque, au bout de quelques minutes, le calme revient, l’homme retire son survêtement et enfile son maillot. Cette fois, les perturbations frappent également son propre camp, où des remplaçants aux dents longues pensaient que le moment était venu pour eux d’être titularisés.

2020 n’est pas encore arrivé. Ouattara n’est pas encore entré sur l’aire de jeu. Il n’a pas non plus encore touché la balle. Mais chaque fois qu’il fait un geste, ses adversaires tombent en transe. Autant de choses qui font dire aux observateurs que la finale promet.

Lorsqu’il y a beaucoup de joueurs talentueux dans un championnat, aucun classement ne fait l’unanimité, aucune équipe n’est sereine, et aucun athlète, à l’exception des stars, ne peut garantir son poste.

A ce jeu, seuls les amateurs de beau football sont aux anges.

Le football est un sport passionnant, très facile à comprendre, surtout lorsque ses règles sont expliquées par un spécialiste.

Auteur : Koné Seydou

Source : Lementor.net

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here