Culture et développement de la filière du café: Le CNRA encourage à la culture de l’Arabusta à l’ouest

0
2

Le Festival des arts et de la culture Dan, en cours à Man, est un centre d’attraction et un lieu de rassemblement, d’échanges et de sensibilisations de plusieurs institutions et organisations de la société.

C’est le cas du Centre National de Recherche Agronomique (Cnra), qui participe à cette activité, dans la capitale de l’ouest montagneux. A cette tribune, cette institution a apporté sa contribution en animant un panel lors du forum économique. Dans son exposé, Yapo Abé Antoine, expert chercheur généticien au CNRA a présenté le café Arabusta comme étant la meilleure variété de la filière caféière, en termes de qualité, de goût et de rendement économique.

L’expert chercheur a relevé les nombreuses qualités de cette variété : « L’arabusta allie la vigueur du robusta aux qualités gustatives et aromatiques de l’arabica. Elle présente de bon comportement vis-à-vis des maladies, de gros grains, une faible teneur de caféine ».

Présentant avantages de cette culrure, il a fait savoir que la variété du café Arabusta, est issue d’un croisement de la variété Robusta et de l’Arabica, est une source de revenue pour plus 500 milles planteurs et procure environ deux millions d’emplois dans les secteurs secondaires et tertiaires. 

C’est pourquoi, il a encouragé la culture de cette variété de café à l’ouest montagneux qui offre une végétation favorable à son développement : « Le relief montagneux de la région a un sol riche en matière organique, la pluviométrie abondante font de cette région un terroir de choix pour la culture de l’arabusta ».

Le chercheur de la CNRA rajoute : « Cette variété est le café des montagnes par excellence. « Sur le marché, c’est le café qui se vent chère, au moins 1500 francs au minimum, le kilogramme marchand. C’est une culture qui est prédestinée au marché de riche. Et contribuera à l’amélioration qualitative du revenu des producteurs ».

En exhortant les producteurs de l’ouest à cultiver l’arabusta qui trouve toute sa place dans la valorisation du café de la région et il devrait permettre la diversification de la caféiculture dans la région, le changement de l‘environnement du terroir par la création de nouvelles parcelle.

Le Festival Tonkpi Nihidalé, est devenu chaque année, une tribune où le CNRA vient présenter de nouvelles variétés culturales qui s’adaptent aux conditions climatiques de la région et qui sont les fruits des recherches des chercheurs.

Auteur : Bayo Fatim

Source : Lementor.net

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here