Décès du Colonel Major, Ouattara Issiaka dit Wattao : Qui était l’homme ? Voici son parcours militaire.

0
490

Évacué d’urgence aux Etats Unis pour des soins médicaux, le Colonel Major, Ouattara Issiaka, dit Wattao, ne s’en est sorti. Il vient de tirer sa révérence dans la nuit du dimanche 5 au lundi 7 janvier 2020.

Selon les premières informations en notre possession, l’officier supérieur des Forces Armées de Côte d’Ivoire (Faci), est décédé à New, précisément à 20h 40, heure Américaine, 1h 40 GMT.

Il faut rappeler que le Chef de Guerre des ex-rebelles de Côte d’Ivoire, natif du Zanzan a été évacué d’urgence aux Etats Unis le jeudi 13 décembre 2019, en vue de subir un traitement de choc, contre un diabète qui avait atteint un stade assez avancé.

La nouvelle de sa mort intervenue cette nuit, vient confirmer à quel degré le mal le rongeait, malgré l’assistance par des spécialistes.

Issiaka Ouattara alias Wattao, né en 1967 à Bouna vient de décéder ce 06 janvier 2020, aux Etats Unis. Seigneur de guerre des Forces nouvelles, il a été un des acteurs majeurs de la crise politico-militaire en Côte d’Ivoire de 2002 à 2011. Il fut un ancien judoka de haut niveau. Personnage controversé est resté et une pièce importante du dispositif militaire ivoirien de 2011 à 2014, avant de faire un retour sur le devant de la scène en 2017 à l’occasion des mutineries.

D’ethnie Koulango, il s’enrôle dans l’armée ivoirienne au cours des années 1980, comme soldat de 2e classe, sous la présidence de Félix Houphouët Boigny.

En tant que pratiquant le judo, il était à évolué à la Société Omnisports de l’Armée (SOA), où il a remporté le titre de vice-champion d’Afrique de Judo à Harare en 1992. Il a participé aux jeux de la Francophonie. Son surnom, « Wattao » lui a été donné par son ancien professeur de Judo Japonais. Ses proches partisans le surnomment « Saha Bélé-Bélé », qui signifie grand serpent en malinké.

En 1990, Wattao participe à une mutinerie de jeunes soldats avant de faire partie quelques années plus tard à un groupe de jeunes soldats mené notamment par Ibrahim Coulibaly. Ce qui a abouti à la prise de pouvoir du général Robert Guéi. Ce qui a été le coup d’État de décembre 1999.

Wattao intègre la garde rapprochée du général Robert Gueï. Proche de d’Ibrahim Coulibaly, il a été évincé peu de temps, accusé moins d’un an après de vouloir renverser le général au profit de l’opposant Alassane Ouattara.

Il est arrêté le 1er septembre 2000. Il subit de sévères tortures puis libéré le 25 octobre 2000. A la faveur d’une attaque du camp, Wattao s’évade et il part en exil.

Aia faveur de crise de 2002, Issiaka Ouattara, rallie Guillaume Soro et Ibrahim Coulibaly au Burkina Faso et participe activement à la tentative de Coup d’Etat le 19 septembre 200E dans les combats qui l’opposent à Abidjan à l’armée loyale au président de la République Lurent Gbagbo

Après l’échec d’’échec des opérations à Abidjan, dans le sud du pays lui fait rejoindre les autres rebelles en rapatriant son unité Anaconda à Bouaké, alors que la Côte d’Ivoire se trouve désormais divisée en deux et en situation de guerre civile.

À partir de ce moment, Wattao, à l’instar des autres Com-zones, se mue en seigneur de guerre. Proche du secrétaire général des FN Guillaume Soro, IL est nommé chef d’état-major adjoint et devient le bras armé de Guillaume Soro. Selon un rapport d’enquête de l’ONU, Wattao aurait tiré près de 640 millions de francs CFA (1,45 million d’euros) de recettes annuelles de ses trafics en tous genres menés de son fief à Bouaké. Il est également impliqué dans la production musicale et le commerce de voitures.

En mai 2008, il dépose un autre com-zone, Zakaria Koné officiellement pour insubordination et le force à l’exil au Burkina Faso. Cela lui permet de prendre le contrôle de la zone 5, qui comprend les circonscriptions administratives de Séguéla et Vavoua. Ce qui lui permet de mettre la main sur l’important commerce du cacao de cette région estimé à 128.000 tonnes, selon un rapport des Nations Unies en octobre 2009.

Le 30 Mars 2011, Issiaka Ouattara entre dans la maison de Laurent Gbagbo dans le village de Mama, et réalise son rêve de dormir dans le lit de son ennemi.

Lors de la batille d’Abidjan, il dirige avec son cousin les commandants Morou Ouattara et Hervé Pélikan Touré alias Vetcho l’assaut final sur la résidence de Laurent Gbagbo. Une fois l’ancien président amené à l’hôtel du Golf, Issiaka Ouattara aide Laurent Gbagbo à enfiler une Chemise Hawaïenne. Et selon l’hebdomadaire Jeune Afrique, Wattao confiera plus tard s’être caché pour pleurer après ces instants où la déchéance d’un dirigeant, certes combattu, symbolisait un peu celle d’une nation.

Après la chute de Laurent Gbagbo, Abidjanaise est divisée en plusieurs zones de sécurité. Issiaka Ouattara Wattao prend possession de l’ensemble des quartiers sud d’Abidjan, allant de Treichville ç Port-Bouët.

En août 2011, il est nommé à titre honorifique Commandant en second de la Garde Républicaine. Wattao a contribué au déploiement du Centre de Coordination des Opérations Décisionnelles (CCDO).

Début de 2013, sous le commandement de Youssouf Kouyaté, dont il devient le N°2. Il est élevé, avec la plupart des autres com-zones, au grade de lieutenant-colonel au début de l’année 2014.

Toutefois, Issiaka Ouattara tombe en disgrâce à la mi-2014, après avoir accumulé fautes et frasques, et agacé nombre de personnalités économiques et politiques dont le président Alassane Ouattara

En juillet 2014, il est simultanément démis de ses fonctions de commandant de la sécurité des quartiers sud d’Abidjan et de son rôle de chef des opérations du CCDO.

Le 28 août 2014, il est envoyé au Maroc pour une formation d’une durée de dix mois à l’Académie Royale de Meknès, où il suit des cours d’état-major, ce qui est vu comme une mise à l’écart.

Quelques jours avant sa mort, le 6 janvier 2020, Issiaka Ouattara dit Wattao venait d’être promu récemment en décembre, par le Président de la république, au grade de Colonel Major.

Auteur : Bayo Fatim

Source : Lementor.net

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here