Prévention des conflits électoraux: les jeunes ivoiriens formés à Bouaké

0
0

Le ministère, Maratou Koné, en charge du département de la Solidarité, de la Cohésion sociale et la Lutte contre la pauvreté, ne veut plus que le Côte d’Ivoire retombe dans les conflits qui ont endeuillé plusieurs familles après les dernières élections de 2010.

En prélude aux prochaines présidentielles d’octobre 2020, elle vient de lancer l’alerte, en organisant, à travers  son organe de veille, d’alerte et d’aide à la décision qu’est l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (Oscs), un séminaire de formation des jeunes Ivoiriens dans la prévention des conflits électoraux. Cette rencontre vise à faire en sorte que les prochaines présidentielles se passent dans un climat calme et une atmosphère sereine.

Ainsi, de nombreux jeunes venus des différentes régions du pas, ont durant deux jours, les 14 et 15 janvier 2020, ont vu leurs capacités renforcés dans la ville de Bouaké. Cet atelier de formation avait pour : « Renforcement de capacités des jeunes en suivi, traçabilité et reporting des actions et messages politiques ».

Selon Eugène Bilé, directeur de la communication de l’Oscs, représentant Ibrahima Coulibaly, directeur général de l’Oscs, cet atelier, ayant bénéficié de l’appui de Care international, dans le cadre de son projet Mojec (Mobilisation des jeunes engagés pour la consolidation de la paix), a permis de renforcer l’engagement des jeunes à l’alerte et à la prévention de conflits au cours de cette année électorale qui verra l’élection présidentielle en fin octobre 2020.

Il définit ici les importants points sur lesquels la formation a mis l’accent : « Les participants ont appris les techniques de collecte de l’information, de rapportage des messages et des actions notamment politique. Aussi, il leur a été expliqué les outils de prévention des conflits, d’apprendre la technique de causeries éducatives pour le renforcement de la cohésion sociale, les amener à identifier et à recruter des moniteurs et monitrices dans la communauté, etc. ».


« On peut faire de la politique sans arriver à des conflits qui sont destructrices pour nos pays ». Cette affirmation est de Lozény Coulibaly, coordonnateur projet à Care international, qui représentait Guillaume Aguettant, Directeur-pays de Care international. Parlant de cet atelier, dont il se réjouit de la tenue, il a fait savoir qu’il s’est agi de faire en sorte que les jeunes, qui sont souvent manipulés par les acteurs politiques, puissent se détourner de la violence.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par Jules Kouadio, chef de cabinet du préfet de Bouaké, représentant, Tuo Fozié préfet de la région de Gbêkê, préfet du département de Bouaké. Il lui est revenu d’ouvrir officiellement les travaux, au nom du Ministre Mariatou Koné.


Auteur : Bayo Fatim

Source : Lementor.net

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here