INTRUSIONNISME POLITICIEN DES PRÉLATS CATHOLIQUES sous le prétexte d’une « manifestation pour la paix » : une FAUTE MORALE et CIVIQUE

0
110

INTRUSIONNISME POLITICIEN DES PRÉLATS CATHOLIQUES sous le prétexte d’une « manifestation pour la paix » : une FAUTE MORALE et CIVIQUE . AINSI SOIT-IL EN CHRISTIANITÉ . Dans les démocraties pluralistes occidentales modernes d’Italie, de France, d’Allemagne, des États-Unis d’où nous est venue la religion chrétienne, les évêques et les prélats s’interdisent d’intervenir dans les mouvements sociaux et les affrontements politiques. Les ecclésiastiques du christianisme, qui n’est plus une religion d’État, respectent scrupuleusement le principe républicain de séparation du pouvoir spirituel et du pouvoir temporel prévalant en ces États depuis l’avènement du nouveau régime de démocratie républicaine. Les ecclésiastiques ivoiriens de confession catholique voudraient-ils faire du catholicisme une religion d’État en Côte d’Ivoire en instrumentalisant des acteurs politiques qui escomptent eux-mêmes instrumentaliser la religion catholique pour satisfaire leur idolâtrie du pouvoir contre le peuple souverain ? Il suffit d’être doté d’une intelligence très moyenne pour comprendre que cette convergence d’intérêts corporatistes entre ces acteurs politiques idolâtres du pouvoir et ces prélats chrétiens qui aspirent à régenter le pouvoir d’État dans cette Côte d’Ivoire multiconfessionnelle est source de guerre civile dans une région menacée par les conflits confessionnelles. Cette entrée en scène des prélats du catholicisme ivoirien en soutien aux fractions ethno-populistes de notre échiquier politique, vient couronner une dynamique ascensionnelle de radicalisation insurrectionnelle motivée par une stratégie politicienne de capture du pouvoir initiée par une instrumentalisation effrénée de l’identité ethnique. Appréhendée sous cette perspective, L’INTRUSION POLITIQUEMENT DE TERMINÉE des PRÉLATS CATHOLIQUES IVOIRIENS est PROVOCATRICE, INSULTANTE ET ATTENTATOIRE À L’ORDRE PUBLIC RÉPUBLICAIN. Elle l’est d’autant d’autant plus que le chef de notre État, un citoyen de confession musulmane respecte scrupuleusement, à l’instar de Félix Houphouët-Boigny, le principe de laïcité. Conduisant avec brio une politique de construction nationale soucieuse d’intégrer la diversité des peuples et des confessions dans la citoyenneté au sein de la République le projet du chef de l’État Ivoirien Alassane Ouattara n’a jamais été d’installer un État musulman en Côte d’Ivoire. Le nouveau régime ivoirien installé par l’élection présidentielle de Décembre 2010, régulièrement réélu en 2015, confirmé par les municipales d’octobre 2018, n’est NI UN RÉGIME CONFESSIONNEL , NI UNE DICTATURE et UN RÉGIME LIBERTICIDE . Il demeure jusqu’à preuve du contraire un ÉTAT de DROIT et non pas une dictature liberticide comme s’ingénient à le dépeindre de manière malveillante les officines à propagandes de la fraction des politiciens ivoiriens auxquels les prélats du catholicisme ivoirien ont décidé d’apporter leur soutien dans un objectif de stratégie politicienne . Ce soutien confessionnel des prélats de l’église catholique à ces fractions qui avouent ouvertement dénigrer, salir le gouvernement pour le discréditer afin de le renverser pour s’approprier le pouvoir par la force, est une criminelle provocation. Aider des fractions partisanes à contrefaire le réel par la propagande, à trafiquer la réalité historique par le mensonge, la désinformation et la diffamation est une faute, un péché mortel du point de vue strictement chrétien. Du point de vue politique c’est une faute civique et donc une criminelle provocation contre les autres confessions religieuses du territoire qui s’astreignent à respecter le principe laïc de séparation du pouvoir religieux et du pouvoir politique. Puissent les membres de ce clergé assumer les conséquences calamiteuses de leur manifestation politique que ne parvient guère à camoufler, le prétexte fallacieux de manifestation religieuse pour la paix. Ainsi soit-il en christianité.

Auteur : Alexis Dieth

Source : Lementor.net

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here