FPI: vers l’organisation d’un congrès unitaire à hauts risques

0
79

Les deux rencontres qui ont lieu les 4 et 5 janvier derniers à Bruxelles entre l’ancien Laurent Gbagbo et Pascal Affi, actuel président légal du Front populaire ivoirien (Fpi) viennent de livrer leurs derniers secrets.  

Il en ressort qu’un pacte a été signé entre les deux personnalités fortes du FPI, entre lesquelles le parti est divisé en deux caps, en vue des élections présidentielles d’octobre prochain. Un coin de voile a été levé par le camp Gbagbo tenu sur place par Assoa Adou, Secrétaire Général (SG), de la branche dissidente, témoin des deux rencontres.

Selon des indiscrétions, Affi N’Guessan qui rencontrait son mentor de depuis la chute de celui-ci le 11 avril 2011, avait obtenu, au cours des deux rencontres, l’organisation d’un congrès qu’ils ont appelé, congrès unitaire du FPI.

Un communiqué à cet effet devait être rendu public depuis le  dimanche 19 janvier 2020 par Assoa Adou. Ainsi apprend-t-on que ce congrès viendra confirmer la reconduction de Laurent Gbagbo, comme président du FPI et Pascal Affi N’Guessan devrait être nommé au poste de premier vice-président assurant l’intérim avec les pleins pouvoirs.

Cette nouvelle organisation est en prélude aux prochaines présidentielles. D’ailleurs, sur ce point, Assoa Adou qui était dans le secret des bois, n’a fait aucun mystère là-dessus, allant jusqu’à faire cette précision.

 « Concernant l’élection présidentielle de 2020, Monsieur Affi N’Guessan a demandé à être le colistier du président Laurent Gbagbo, si celui-ci est désigné candidat du Front Populaire Ivoirien ».

Ce congrès unitaire qui rassemblera entre les deux camps devrait entériner ou récuser cet accord avant la fin du premier trimestre 2020.

Il permettra aussi de pourvoir le poste de premier vice-président assurant l’intérim resté vacant après le décès de son bras droit Aboudramane Sangaré, en novembre 2018, avec moins de chance pour Simone Gbagbo qui lorgnait ce fauteuil.

Selon des observateurs de la vie politiques, ce schéma comporte des risques et des pièges pour les deux camps. D’abord, Pascal Affi N’Guessan pourrait être piégé par le rejet de la candidature de Gbagbo dont il compte être le colistier.

Et pour cause, Laurent Gbagbo est l’objet d’une condamnation de 20 ans de prison en Côte d’Ivoire. Aussi, faut-il tenir comptes les « modifications de la Constitution prévues et qui pourraient caler le sort de Laurent Gbagbo, son colistier.

Si tel était le cas, rien ne garantit la participation du FPI à ses élections d’octobre, car nombreux sont des militants et des cadres, dont les GOR, qui ont combattu et qui ne sont pas du tout prêts à suivre Affi N’Guessan comme candidat du FPI.

Auteur : Bayo Fatim

Source : Lementor.net

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here