Alassane Ouattara sur l’Eco : « Nous passerons à l’Eco en 2020 avec les pays qui seront prêts »

0
8

Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire, tient au projet de monnaie unique, appelée Eco, dans la zone Cedeao, à l’ouest de l’Afrique. Le dimanche 2 février dernier, alors qu’il recevait les vœux de la nouvelle année des militants du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), qu’il préside, il a réitéré sa volonté d’aller à cette monnaie unique.

A cette occasion, en parlant de la bonne santé économique de son pays, le chef de l’Etat est revenu sur sa volonté de voir le projet de réaliser en 2020 : « La Côte d’Ivoire va bien. Sa monnaie est solide. Sur décision des Chefs d’Etat de la zone CEDEAO, nous avons décidé que la monnaie commune s’appellera l’Eco.  Nous allons le faire de manière graduelle. Mon souhait est que tous les 15 pays soient prêts. Mais ceux qui seront prêts vont le faire en 2020. Ça sera une décision des Chefs d’Etats »  

L’annonce officielle avait été faite par le président ivoirien Alassane Ouattara lors d’une visite de travail du président Français, Emmanuel Macron, en décembre 2019 en Côte d’Ivoire.

Réagissant le jeudi 30 janvier dernier, aux critiques du Nigeria et des pays d’Afrique de l’Ouest Anglophones réunis à Abuja, le 16 janvier à Abuja qui dénonçaient la décision de remplacer le franc CFA par l’Eco, il a indiqué : « C’est une intoxication pure et simple. Il n’y a que cinq pays qui se sont retrouvés sur les quinze Cedeao ».

Pour le N°1 Ivoirien, la majorité des pays n’ayant pas été à cette réunion, elle n’était pas une réunion des chefs d’Etat, mais plutôt des ministres et gouverneurs

Le président ivoirien, qui avance que les choses ne se feront pas dans la précipitation, a énuméré certains critères de performance à remplir, dont 4 ou 5 seulement remplissent pour le moment. Parmi ces critères, ont peut citer entre autres le déficit de moins 3 %, la dette de moins de 70 %, la faible inflation, etc.

Pour si cinq, huit, dix pays arrivent à respecter ces critères, ils  peuvent se mettre ensemble, avant que d’autres pouvaient ensuite les rejoindre, comme en la zone euro qui a commencé avec onze pays pour parvenir aujourd’hui dix-neuf pays.

Si l’économiste ivoirien indique que choses ne se feront pas dans la précipitation, cependant il a avertit : « Nous ne voulons pas non plus que les pays qui ne respectent pas les critères de convergence bousculent le processus ».

Il faut rappeler l’annonce du président ivoirien, affirmait la décision des Huit pays francophones d’Afrique de l’Ouest utilisant le franc CFA, de remplacer cette monnaie commune par l’éco. Ce qui entrainera la rompure d’avec les liens très controversés avec la France, qui accueillait notamment la moitié de leurs réserves de changes en échange de la convertibilité du franc CFA avec l’euro.

Auteur : Bayo Fatim

Source : Lementor.net

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here