Amon Tano a-t-il fraudé sur les parrainages ?

0
145

L’ex-ministre ivoirien des affaires étrangères serait un prisonnier en sursis…fraude aux parrainages.

Cette année, pour la 1ère fois, la Côte d’Ivoire a introduit l’exigence de parrainage des candidats par les électeurs. Approuvé à l’unanimité par les parties politiques, toutes tendances confondues, afin d’empêcher les candidatures farfelues d’individus ne disposant d’aucune assise nationale, le parrainage s’est avéré efficace pour freiner les candidatures fantaisistes, mais des malins ont cru pouvoir contourner ce verrou, en usant notamment de fraude.

Selon mes investigations, aucun candidat même pas Alassane Ouattara- n’est sorti indemne du contrôle des parrainages effectué par le Conseil Constitutionnel. Deux cas ont été relevés par le Conseil : celui des parrainages annulés pour des erreurs lors de l’obtention, et ceux qui se sont clairement rendus coupables de fraudes caractérisées. Dans le 1er cas, on pouvait tracer les parrains et le croisement du numéro de la carte d’électeur avec celui de la carte d’identité n’a relevé aucune discordance. Les parrainages ont malgré tout été annulés, soit parce que les mêmes individus avaient déjà accordé leur parrainage à un autre candidat, soit pour d’autres raisons mineures. Comme le prévoit la loi, le Conseil Constitutionnel a donné 48H aux candidats concernés pour compléter les parrainages annulés, pour ceux d’entre eux dont les annulations étaient si importantes qu’ils ne disposaient plus du nombre de parrainages requis par  région. Les candidats mamadou koulibaly, mabri toikeusse et KKB se sont retrouvés dans ce cas-là. Si KKB a pu remplacer ses parrainages problématiques dans le délai imparti de 48H, mamadou koulibaly et mabri se sont montrés incapables de réunir suffisamment de parrainages additionnels.

Le Conseil Constitutionnel a cependant été également confronté aux situations de fraudes avérées sur les parrainages. Il s’agit de candidats qui se sont contentés d’aller sur Internet piocher des électeurs au hasard. Ils faisaient ensuite remplir les fiches de parrainage en leurs noms par des équipes qui ont parfois travaillé 24h/24. Si les noms et numéros des cartes d’électeurs sont accessibles à tous sur Internet, les fraudeurs ne pouvaient cependant pas disposer de numéros de Cartes Nationales d’Identité (CNI) d’individus qui ne leur ont, dans les faits, pas accordé leur parrainage. Confrontés à cette difficulté, les fraudeurs ont tenté de la contourner en fabriquant de faux numéros de CNI. La fraude dans ces cas est clairement établie car ce que ces arnaqueurs ignoraient vraisemblablement, c’est que le Conseil Constitutionnel s’était donné les moyens pour croiser les numéros des cartes des électeurs parraineurs supposés avec ceux des Cartes Nationales d’Identité de ces derniers. Pour ces cas de fraudes irréfutables, les parrainages incriminés étaient tout simplement annulés, sans que les candidats concernés soient invités à les remplacer, la fraude ne relevant pas d’une erreur à corriger, mais plutôt d’une infraction punie par l’article 54 du code électoral. L’ex-ministre Marcel Amon-Tanoh a lui-même déclaré que ses parrainages ont été annulés sans qu’il soit invité à les remplacer « comme ce fut le cas pour d’autres candidats ». On peut donc raisonnablement conclure que l’ancien ministre des affaires étrangère du président Ouattara est un prisonnier en sursis. L’article 54 du code électoral prévoit en effet que « Quiconque aura organisé ou planifié des actes qualifiés de fraude ou de tentative de fraude sur le parrainage » sera puni d’une peine d’emprisonnement d’un mois à un an et d’une amende de 100.000 CFA à 1.000.000 CFA.

Ce qui est vrai, est vrai !

le titre est du lementor.net

Auteur : Said Penda

Source : Said Penda

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here