Sur les traces de Chris Yapi, un avatar symbole de l’irresponsabilité et de l’immaturité de Soro, Balme, Nyamsi et autres

0
243

5 octobre 2020
 Suite à mon commentaire récent sur le sujet , je me permets de revenir sur le rôle de Chris Yapi aujourd’hui dans la stratégie de Guillaume  Soro, pour expliquer comment se joue le lien entre les deux personnages.

Le narratif de la fusion entre Guillaume Soro et son clone Chris Yapi, à travers l’utilisation des réseaux sociaux, montre que la stratégie électorale de l’ex patron de la rébellion emprunte les chemins boueux de la rumeur, de la calomnie et du mensonge.

● Point de départ : les affidés de Soro

Il n’est pas anormal qu’une personne comme Guillaume Soro ayant été en Côte d’Ivoire élève, étudiant, leader syndical, chef d’une rébellion, ministre, Premier ministre, Président de l’Assemblée nationale, ait eu à rencontrer des camarades d’école, de collège, de lycées, d’université, des camarades militants, des combattants civils , des militaires, des militants et de nombreux citoyens anonymes avec qui il a tissé des liens.

Toutes ces personnes, pour les services qu’il a pu leur rendre , lui sont restées attachées, par gratitude et reconnaissance et non forcément par adhésion ou allégeance politique. Les uns lui sont redevables pour les bienfaits reçus : soutien, aide financière, appui pour leur carrière, logement, emploi, rémunération. D’autres vont jusqu’à épouser la cause politique de Guillaume Soro. Jusque-là, rien d’anormal.

Dans cette cohorte de gens bienveillants mais aussi malveillants viennent se glisser des personnages qui jouent un rôle plus sombre, soit ils agissent à visage découvert, comme Nyamsi, soit, ils agissent sous des pseudonymes, s’abritant derrière l’anonymat des réseaux sociaux, comme Chris Yapi. Yapi n’existe que comme avatar, même si son identité a été percée.

Ces affidés, qui doivent tout ou beaucoup à Guillaume Soro qui a repris depuis peu ses habits et accents de guerriers , sont utilisés pour les basses besognes. Leur stratégie : « calomnions, calomnions, il en restera toujours quelque chose ! ».

Le mensonge et l’insulte sont leurs armes. D’ailleurs, le slogan de Chris Yapi, « Chris Yapi ne ment pas », est une manière de se protéger par avance de l’accusation de mensonge. Mais, personne n’est dupe.

Yapi ment Yapiment ( en un seul mot et non en sujet et verbe ) pour ne pas dire Soroment.

Le mensonge est son arme.

● La circulation de l’information et sa transformation

Tout au long de son parcours, Soro a rencontré dans l’armée, dans le Service du protocole, au Palais, dans les administrations du pays, les ministères ou ailleurs, des gens qui, en toute bonne foi, peuvent lui faire remonter des informations ou l’alerter sur un certain nombre de choses et de faits. Rien d’étonnant à cela !

L’information dont on dispose construit le pouvoir de celui qui la possède en fonction de la nature, plus ou moins confidentielle, de cette information. Il s’agit rarement de secrets d’Etat. La maladie d’Amadou Gon était-elle un secret d’État ? Le déplacement de tel ou tel ministre est-il un secret d’État ? La rencontre d’une délégation de la CEDEAO avec le Président de la République est-elle un secret d’Etat ?

Tous les acteurs de la vie politique ivoirienne, de Bédié à Gbagbo, de Banny à Affi N’guessan à Tanoh, sans oublier les diplomates en poste à Abidjan où dans d’autres pays, reçoivent des quantités d’informations, avant le grand public, avant l’heure….

Pour les informations plus confidentielles, Dieu seul sait également ce que Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo, Charles Konan Banny Affi N’guessan, des ministres, des Dg et bien d’autres savent, mais qu’ils ne révèlent jamais, contrairement à Guillaume Soro, qui, avec son staff, a créé le personnage de Chris Yapi pour utiliser cette information, la transformer, afin de régler des comptes, opérer le chantage moral, psychologique et politique sur un certain nombre de personnalités, sur un pays, sur ses adversaires politiques.

● L’avatar Chris Yapi

En réalité, les informations que distillent Chris Yapi, ne sont pas des informations extraordinaires pour une personnage comme Guillaume Soro qui a été au sein de l’exécutif ivoirien et au cœur du pouvoir pendant de nombreuses années, surtout à partir de 2007, aux côtés du Président Laurent Gbagbo, puis du Président Alassane Ouattara comme Premier ministre, ministre de la Défense, Président de l’Assemblée nationale.

Comme il ne peut pas lui-même directement s’exprimer dans le registre de la délation, du mensonge et des fake news ( ce qu’il fait néanmoins quelle que fois en livrant au passage des secrets dit d’État ,en faisant à la légère quelques révélations pouvant ressortir de la confidence alors que d’autres anciens responsables étatiques et gouvernementaux n’ont jamais été aussi bas ni légers )  le désormais à nouveau rebelle Guillaume Soro a créé Chris Yapi. Chris Yapi est l’un des avatars de la maison Guillaume Soro.. Tout le monde le sait désormais malgré les dénégations dont une récente sur une télé burkinabè, malgré également les tentations de mise en scène pour brouiller les pistes et faire croire autre chose.

Ces mises en scène peuvent même aller jusqu’à faire attaquer Guillaume Soro lui-même par l’avatar un matin, pour faire croire que Chris Yapi n’est pas Guillaume Soro.

Cela ne peut plus marcher.

En vérité, Chris Yapi est le symbole de l’irresponsabilité et de l’immaturité de Guillaume Soro, car si demain, il parvient à nouveau au pouvoir, il va porter loin et haut, cette manière de travailler avec Cissé Seint, Chris Yapi et tous les avatars que lui-même et ses services ont alimentés pendant de nombreuses années pour manipuler l’opinion, et même pousser les populations à la révolte contre Alassane Ouattara, alors même que Guillaume Soro était encore au Rhdp : mutinerie, factures Cie, polémique des 200 , etc….

Oui, il y’a plusieurs années déjà, que Guillaume Soro avait laissé Lobognon et son

épouse Nyamsi, Touré Moussa et d’autres de ses proches s’en prendre publiquement et ouvertement à Alassane Ouattara avant que lui-même ait enfin le courage d’entrer dans la danse, et de prendre son destin en main, après avoir espéré en vain qu’il aurait été adoubé comme héritier et successeur du Président de la République.

Ceux qui travaillent sur la question et font des recherches ont bien noté que tous les indices mènent à Guillaume Soro, au-delà de simple et petite questions : à qui profite le crime ? Les tentatives de brouilles des IP, et d’autres méthodes de camouflages pour localiser le compte Chris Yapi , dans des pays de non droit en matière informatique, l’usage de VPN, et autres ne suffisent plus à distraire.

Il est clair que Chris Yapi est un des bras armés de Guillaume Soro, qui en alimentant son avatar avec un certain nombre d’information, montre son irresponsabilité et son immaturité, parce qu’il est prêt à tout pour déstabiliser le gouvernement Ouattara et s’emparer du pouvoir.

Chef de la rébellion, Guillaume Soro utilisait les armes ; aujourd’hui, son arme, ce sont les fake news et les mensonges d’un Chris Yapi, qui fait partie de l’armée des mercenaires et des moyens mis en œuvre par Soro pour saturer les réseaux sociaux. Rien d’étonnant : Guillaume Soro est à nouveau devenu rebelle. Il est encore entré en rébellion. Bientôt un autre livre : « Pourquoi et comment je suis RE devenu rebelle, ou l’histoire d’une vie et d’une nouvelle vie de rebelle, d’une rébellion à une autre ».

● La stratégie de la transformation de l’information

De quoi vient de nous parler Chris Yapi ? Du déplacement de la Première dame de Côte d’Ivoire en France. Mais ce n’est pas un grand secret d’État ça ! Qui est au courant de ce déplacement ? Au moins une centaine de personnes : du ilote au personnel de maison, au chauffeur, en passant par des contacts en France , les services du protocole , de simples passagers ou usagers à l’aéroport qui voient le cortège arriver à l’aéroport, , et ainsi de suite.

Personne n’en fait une épopée, un opéra politique, excepté Chris Yapi qui délivre un récitatif mensonger au profit de Guillaume Soro. On a bien vu rien n’est extraordinaire, et qu’il y’a même de grands mensonges, ou des bourdes qui laissent des traces, comme cette histoire de l’hélicoptère à la Pisam….

De la même manière, il n’y a rien de secret dans l’arrivée d’une mission de la Cedeao en Côte d’Ivoire. L’agenda des rencontres est public. Des délégués GPS doivent être rencontrés dans le cadre de cette mission, des contacts ont été pris dans ce sens avec Guillaume Soro lui-même. Il est normal que Guillaume Soro expose son point de vue à travers ses représentants en Côte d’Ivoire.

Au delà de Chris Yapi et en collusion avec la même mafia , puisqu’elle a cru utile de crédibiliser de façon honteuse et si peu professionnelle les récits malveillants de ce personnage, surgit une autre figure, qui, elle, agit à visage découvert : Patricia Balme, la communicante intrigante, qui aurait des révélations à faire sur les Ouattara.

Patricia Balme s’est prévalue, dans la presse française, d’un rôle qu’elle n’avait pas en 2011 auprès de Ouattara. Elle surgit dans le sillage de Guillaume Soro, qui rémunère comme il peut ( et aussi à coup de promesses et de marches à venir s’il accède au Palais présidentiel en Côte d’Ivoire ), cette habituée de la jet-set. Jetez un coup d’œil à son Facebook, rempli de photos « people » !

● L’avatar Chris Yapi : le signe d’une faiblesse politique et d’une fuite en avant

Le paysage politique se peuple d’avatar comme Chris Yapi. Des partis politiques font appel à des sociétés de communication pour créer des faux comptes. Au bout du compte, c’est la démocratie qui est en danger. On retrouve une stratégie connue : la manipulation des foules. Il faut relire le livre publié en 1885 par Gustave Le Bon, « Psychologie des foules ». On voit comment, aujourd’hui, des avatars comme Chris Yapi sont utilisés pour manipuler les foules. Peut-on confier le gouvernement d’un pays à ceux qui utilisent des avatars comme Chris Yapi ? À des gens comme Guillaume Soro, Nyamsi, Touré Moussa, Nathalie Da Silva et autres de la SoroGang sur les réseaux sociaux, et même désormais Patricia Balme , partagent YAPIMENT et non plus Soroment, avec avidité, régularité et de façon si ostentatoire les narratifs et la littérature indigestes de Chris Yapi, pour ne pas dire leurs propres narratif et littératures indigestes.

Je ne suis pas Christ Yapi,

je suis juste Justice Konan ….


Auteur : Justice Konan

Source :

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here