Côte d’Ivoire : comment les forces de sécurité ont tué dans l’œuf le coup d’État CNT

0
710

L’attaque au domicile des leaders du CNT dans la nuit du lundi 2 novembre 2020 au mardi 3 novembre 2020, était une action de neutralisation du domicile des instigateurs de la sédition en vue de tester leurs capacités d’actions et de réactions d’une part, et d’autre part de voir si des éléments des forces de sécurité auraient pu être tentés de riposter en prélude à leurs attestations et aux poursuites judiciaires.

Selon les écoutes, il avait pu être établis que les responsables de l’opposition étaient convaincus que des policiers, gendarmes, et militaires proches d’eux devaient passer à l’action, pour renverser le régime. C’est même ce qui a fondé la création du CNT. C’était un appel, un signal car des hommes en armes leur auraient dit : « nous prendrons nos responsabilités si vous prenez les vôtres ».

L’opposition a alors pris ses responsabilités, en lançant le CNT.

L’action nocturne des grenades visait à tester la capacité de riposte et à voir si avant d’aller plus loin avec les arrestations inévitables, les relais supposés de l’opposition dans les forces de sécurité, auraient pu être tentés d’agir. C’était une action de sécurité liée à la stabilité et à la sûreté de l’État ! Une action des forces régulières qui s’est muée en blocus et qui a eu pour effet de démanteler et réduire à néant, les velléités de coup d’état, à travers l’appel de pied que constituait la proclamation du CNT suivie plus tard par un appel ouvert à la révolte et au coup d’État, par Guillaume Soro.

Auteur : La rédaction

Source : Lementor.net

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here