Gagnoa un peintre hors du commun

0
0

Le pinceau coincé entre les lèvres, Méa Dali Rodrigue, handicapé moteur, plonge l’instrument dans les pots de peinture. Le pinceau est ensuite porté en direction d’un tableau sur lequel l’artiste exprime son talent. Rodrigue parvient ainsi à produire des œuvres artistiques qu’il propose au grand public. « L’art est ma seule condition de vie, mais malheureusement, je ne vis pas encore de l’art», a t il confié à la presse, mercredi à la faveur d’une cérémonie organisée par la Coordination régionale des associations des personnes en situation de handicap du Gôh (Coraphag). Âgé de 37 ans et père de 2 enfants, le peintre, qui s’est spécialisé dans les portraits, est né handicapé. La malformation de ses mains et pieds ne lui permet pas d’en faire usage. C’est depuis le bas âge qu’il a pris goût à peinture. « Je suis né avec cet handicap. Je n’est pas connu de validité. L’art, c’est depuis ma naissance. Tout petit, je prenais des brindilles de balais dans la bouche. Couché à même le sol, je faisais des figures par terre, que je transformais ensuite en dessins», se souvient il de ses débuts. La plupart des ses œuvres parle des difficultés de la vie. « C’est par rapport aux difficultés qu’on rencontre ici bas qu’on peut améliorer notre condition de vie, et chercher à atteindre la gloire», enseigne t il l’opinion. L’homme pense qu’il n’est pas suffisamment connu, si bien qu’il envisage rattraper son retard à travers un vernissage où il partagera avec le public ses qualités de portraitiste. «Le blanc a créé le miroir. Moi aussi, je suis le miroir à travers lequel on peut se voir soi-même. Grâce au portrait que je dessine», souligne l’artiste. Il dit prendre 2 jours pour réaliser les tableaux ordinaires contre 4 à 5 jours pour les portraits. Le handicapé lance un appel aux autorités pour que les personnes qui sont dans la même situation que lui soient soutenues. « Nous voulons que notre métier soit vulgarisé. Qu’on nous donne l’occasion de nous exprimer. Je veux avoir une école d’art», a dévoilé Rodrigue, son rêve. Déjà, il a 5 garçons qu’il forme dans son atelier, situé dans la commune de Guiberoua.

Auteur : Ziadre Dolin, correspondant régional

Source : Lementor.net

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here