Elections législatives en Côte d’Ivoire : Comme cinq mois auparavant…

0
36

Abidjan s’est vidé de ses habitants. Comme cinq mois auparavant. Pour les mêmes raisons : les élections. Mais cette fois, la peur entretenue, les menaces terroristes et autres intimidations n’y sont pour rien.

Toutes les régions, toutes les villes, tous les villages sont en ébullition comme cinq mois auparavant. Pour les mêmes motivations. Mais cette fois, les jeunes, les femmes et les hommes ne sont pas incités à s’entretuer. Car, cette fois, on ne déplore nulle part de morts, ni de destructions de biens publics ou privés.

Partout, sur toute l’étendue du territoire national, les oiseaux de mauvais augure et les marchands de mort et de haine ont fait place à des campagnes politiques civilisées rivalisant d’ingéniosité pour solliciter les voix du peuple souverain. Les Fake News et autres incitations à la haine religieuse et tribale ont disparu des réseaux sociaux, laissant le peuple libre et seul face à son destin.

Les braves populations participent donc activement aux campagnes des candidats à la députation. Dans chaque campement, les masses laborieuses prennent de leur temps pour venir écouter les politiciens venus solliciter leurs suffrages, sous la protection de forces de l’ordre qui ont démontré leur professionnalisme. Quant aux politiciens, ils disent ce qu’ils pensent savoir des désidératas de leurs concitoyens, en attendant de savoir si le verdict des urnes leur sera favorable ou non.

Ce samedi 6 mars 2021, les Ivoiriens se rendront donc aux urnes pour élire leurs députés au scrutin uninominal majoritaire à un tour. 1500 candidats dont une quarantaine de ministres et une floppée d’indépendants briguent 255 sièges à l’Assemblée nationale, donnant ainsi l’occasion au RHDP, au PDCI-RDA, au FPI, à l’EDS et aux autres partis politiques de démontrer leur véritable représentativité sur l’échiquier politique. En effet, le 31 octobre dernier, les formations de l’opposition avaient décrété un boycott de l’élection présidentielle, faisant plus de 80 morts et 500 blessés à travers la moitié sud du pays.

Dans cette belle fête de la démocratie, les médias occidentaux brillent cependant par leur absence, de même que les déclarations tapageuses et autres ingérences des défenseurs assermentés de la démocratie internationale manquent aux Ivoiriens. On pourrait croire qu’une certaine communauté internationale n’accompagne que les coups d’état, et qu’elle ne s’intéresse qu’aux crises virtuelles…

Il aurait été tout de même souhaitable qu’une autre image de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique soit projetée sur les écrans occidentaux. Histoire de montrer les belles infrastructures qui ornent notre pays, les caravanes joyeuses qui parcourent nos belles villes, les populations épanouies qui font confiance à la même commission électorale indépendante dont les conclusions seront évaluées par le même Conseil constitutionnel décriés il y a cinq mois…

Auteur : Koné Seydou

Source : Lementor.net

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here