Conférence De Presse Des Avocats De Monsieur Ble Goude Charles – Exposé Liminaire

0
2

Le jeudi 17 janvier 2013, Monsieur CHARLES BLE GOUDE a été arrêté au GHANA et déporté en Côte d’Ivoire le vendredi 18 janvier 2013. Le lundi 21 janvier 2013, il a été présenté au Doyen des Juges d’Instruction près le Tribunal de première instance d’Abidjan, qui l’a inculpé pour divers crimes et placé sous mandat de dépôt. Après l’interrogatoire de première comparution et sa mise en détention préventive par le juge d’instruction, notre client a été conduit dans un endroit secret et inconnu de nous, alors que nous nous entendions à ce qu’il soit détenu à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA), en application des articles 4 et 9 du décret n°69-189 du 14 mai 1969 portant règlementation des établissements pénitentiaires. C’est de ce lieu secret qu’il a été conduit dans la matinée du 30 janvier 2013 devant le juge d’instruction pour un interrogatoire au fond. Au cours de cette audience, Monsieur Charles Blé GOUDE, en accord avec ses avocats, a refusé de se soumettre aux questions du juge d’instruction et ce pour protester contre sa détention dans des conditions illégales et inhumaines. Le 31 janvier 2013, le ministre de l’intérieur, Monsieur HAMED BAKAYOKO annonçait sur les antennes de la RTI, télévision nationale, que Monsieur Charles Blé GOUDE, bénéficiant d’une « protection particulière », serait en « résidence protégée », alors même que celui-ci était séquestré dans la cuisine d’une villa occupée par les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) où il était l’objet de tortures et de traitements cruels, inhumains et dégradants. Le lendemain, le collectif des Avocats de Monsieur CHARLES BLE GOUDE a fait publier une déclaration pour s’indigner contre ces déclarations fantaisistes et réclamer que le lieu de détention de leur client leur soit indiqué. Non seulement le pouvoir n’a pas daigné répondre à nos préoccupations mais il a continué de tromper l’opinion en faisant croire que CHARLES BLE GOUDE était détenu dans de bonnes conditions et qu’il se portait bien. Par ailleurs, des individus se faisant passer pour ses partisans ont même fait croire qu’ils le rencontraient régulièrement et qu’il était sous la protection de Monsieur HAMED BAKAYOKO, Ministre de l’intérieur. (Sic) Mesdames et Messieurs les journalistes, après six mois de démarches pour que Monsieur CHARLES BLE GOUDE soit détenu dans des conditions légales et bénéficier de la visite de ses avocats et des membres de sa famille, nous avons été autorisé à le rencontrer ce vendredi 02 Août 2013, de 15heures 27minutes à 17heures 30minutes au bureau du juge d’instruction. Nous avons rencontré un homme fatigué, amaigri et portant les séquelles de la torture et des traitements cruels, inhumains et dégradants dont il est l’objet depuis son arrestation. Monsieur CHARLES BLE GOUDE, nous a confié qu’après notre séparation le 30 janvier 2013, il a été conduit dans une villa occupée par des FRCI, à la riviera puis transféré dans les locaux de la DST depuis le 17 avril 2013. Depuis lors, il est enfermé au violon de cette police spéciale dans des conditions inhumaines ; En effet, il dort quasiment nu à même le sol, ne voit pas la lumière du jour, ne bénéficie pas de soins médicaux et n’a droit qu’à un seul repas par jour. Par la présente conférence de presse, nous avocats de Monsieur CHARLES BLE GOUDE, entendons : 1. Dénoncer les conditions illégales de sa détention. En effet il est enfermé dans un violon d’une police alors qu’il est sous mandat de dépôt ; 2. Condamner avec la dernière énergie les tortures, traitements inhumains et dégradants dont il est l’objet depuis sa déportation ; 3. Prendre l’opinion nationale et internationale à témoin sur une probable atteinte à la vie de Monsieur CHARLES BLE GOUDE ; 4. Exiger qu’il soit détenu dans des conditions légales, à savoir dans une maison d’arrêt et de correction où il pourra recevoir la visite de ses avocats et des membres de sa famille.

Fait à Abidjan, le 05 aout 2013

Auteur :

Source :

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here