FDFP : Les confessions fracassantes d’un membre du comité de gestion

0
25

Dans notre quête de la vérité dans cette affaire qui secoue le FDFP, nous avons rencontré un membre du conseil de gestion qui a requis l’anonymat. Ce dernier nous a confirmé les informations que nous avons déjà relayées la semaine dernière. « Quand la situation a commencé, nous avons été convoqués pour une réunion au Fdfp. Quand on est arrivé, la réunion contre toute attente a été délocalisée au bureau du Président du comité de gestion (PCG). C’était le 17 août 2021. Ce n’était pas une réunion formelle. Ce n’était pas non plus une réunion du conseil de gestion. Ce n’était pas dans la salle de réunion habituelle du conseil. Il y avait des quelques représentants de chaque collège. La réglementation du Travail ne permet pas de licencier un travailleur sans l’entendre.
Nous avions donc convenu d’entendre le SG du FDFP. Le PDC a donné une demande d’explication au SG sans que nous en ayons reçu copie. Le Sg a répondu. Et contre toute attente, sans nous consulter ( les autres membres du comité de gestion) le PCG a décidé de le suspendre de façon unilatérale. Or, ni lui ni le conseil n’a ce pouvoir, pour nommer quelqu’un encore que le choix s’est porté sur son soit disant « bon petit ».

Pour rappel, Hassane Ouattara avait déjà été proposé comme auditeur mais sa proposition n’a pas été validée. « Pour moi, c’est claire que c’est un problème de personne » précise notre interlocuteur qui promet un déballage les jours à venir . Mais ce dernier précise que Battesti a beaucoup aidé le PCG.

Poursuivant il révèle que Il y a longtemps que les deux se marchaient dessus pendant les réunions de conseil. Dans le fonctionnement quotidien, le PCG demande parfois des choses qui vont au delà des compétences du SG et quand ce dernier s’y oppose, les choses vont dans les sens. Pour corriger tout cela, il faut qu’il y ait une réforme du FDFP lance l’air découragé notre interlocuteur.

Revenant sur la décision du PCG fait couler tant d’encre, il charge : « Nous avons décidé de ne pas donner notre position tant qu’on n’a pas reçu la demande d’explication. Mais à notre grande surprise, certains ont donné leur position. C’est comme si les choses avaient été déjà décidées bien avant. On ne se fait plus confiance entre nous membres du comité de gestion. »

Pour sa part, il estime que Battesti Barry est victime de sa grande confiance à chacun de ses collaborateurs. fait trop confiance, il est trop gentil.

Pour rappel, le rapport d’audit parle de dysfonctionnement. Mais notre interlocuteur indique que « Cela nous est imputable à nous tous. Il y a le volet financier,administratif et organisationnel. L’aspect administratif nous incombe, nous les administrateurs. C’est à nous de valider un organigramme proposé par Le SG. On ne l’a pas fait. Battesti est bien élevé, il ne veut pas rentrer dans les petites considérations, il ne veut pas choquer les sensibilités. Notre président aussi est un peu trop gourmand. ».

Le gouvernement a reçu le rapport d’audit. Mais à aucun moment, le rapport ne parle de détournement. On parle plutôt de dysfonctionnement. Il comporte 10 recommandations et sur les 10, nulle part, il n’est mentionné que le Sg a détourné de l’argent. On nous dit « corrigez ça », « corrigez ceci », « corrigez cela ».
On n’a jamais dit de s’appuyer sur ce qu’on a signé pour mettre quelqu’un dehors. Ce n’est pas notre droit. Seulement 4 personnes qui ont signé, elles ne sont même pas majoritaires. Il y a les représentants de l’Etat et des employeurs qui sont là. Il est allé un peu fort. Lance t il.
Ajoutant qu’avec la vitesse de à laquelle les choses se sont passées, on ne peut que conclure qu’il s’agit d’un problème de personne. Or cela ne peut prospérer dans une affaire de gestion des biens publics.

Auteur : Y Carzola

Source : Lementor.net

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here