Quand Le Mfa Se Sent Esseulé

0
7

Le président du Mouvement des forces d’avenir (Mfa) a livré récemment des séquences de portée politique majeure dans un contexte où la course pour 2015 est à l’honneur. Innocent Anaky Kobena va-t-il se soustraire du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) ? La question a agité le milieu politique suite à  ses envolées au lendemain de l’appel de Daoukro. Mais aujourd’hui, on peut affirmer sans hésitation que le Mfa ne quittera pas l’alliance. Ce fut juste un coup de gueule à valeur stratégique pour faire dissiper les nuages qui s’amoncellent sur la cohésion de la famille houphouétiste. Et sans ouverture sur un possible échange de bague d’alliance avec l’opposition. Pas question d’aller au divorce.

Le leader du Mfa est cependant fâché. Que dis-je ? Il est « frustré ». Son parti serait mal loti dans le partage du « gâteau national ». Il l’a fait savoir à la faveur de sa visite au président Henri Konan Bédié le 1er octobre 2014. Ses propos moins musclés à la sortie d’audience avec le sphinx de Daoukro conservent néanmoins sa charge d’exigence. Pour lui, l’urgence est aux ajustements, aux corrections, aux réglages. En effet, le Mfa ne veut pas d’une alliance qui masquerait ses lézardes et ressemblerait à un château de cartes exposé à l’écroulement. Anaky Kobena est donc favorable au projet d’unification et a été d’ailleurs le premier à le souhaiter vivement. Il est vrai que la langue et les dents sont appelées à se télescoper dans leur cohabitation quotidienne. Mais on peut faire l’économie des quiproquos pour que le Rhdp ne s’apparente pas à  un tigre en papier.

La gestion des intérêts produit forcément son lot de frustrations. Il faut toutefois savoir raison garder et reconnaître la suprématie du Rassemblement des républicains (Rdr) et du Parti démocratique de côte d’ivoire (Pdci). Ces deux grandes formations politiques ont réussi à se hisser sur la première marche du podium politique national, en termes de représentativité au sein de l’Assemblée nationale et des municipalités. Inutile donc de mettre dans la même balance le Rdr ou le Pdci et le Mfa. Et aucun observateur de la scène politique ivoirienne ne peut nier cette évidence : le Mfa n’est pas un faiseur de roi et certains le perçoivent même comme une portion congrue au sein du Rhdp. Voilà ce qui justifierait la disproportion au niveau du partage du gâteau. Surtout en termes de présence au sein de la haute sphère gouvernementale et de l’administration publique.

Tenez ! Dans l’expression de son mécontentement, Anaky Kobena semble seul. L’Union pour la démocratie et la paix en côte d’ivoire (Udpci) de Mabri Toikeuse ne se plaint nullement. Idem pour le parti du ministre Gnamien Konan qui a rejoint le Rhdp bien après les élections présidentielles de 2010. A chacun ses problèmes, pourrait-on dire. Mais, au-delà de cette réalité, il est impérieux de prendre en compte les préoccupations du Mfa qui regorge de compétences à revendre. Il faut créer l’espace approprié à ces valeureux responsables politiques pour qu’ils apportent leur part de contribution à la politique d’émergence en cours. Il est clair que malgré la bonne entente entre les présidents Bédié et Ouattara, le cliché de l’isolement du Mfa risque de leur être collé. Il sied donc à ces deux principaux leaders du Rhdp de saisir au rebond, l’appel du Mfa. C’est ainsi qu’on pourra avoir un Rhdp fort. On ne sait jamais. Le rejeté  d’aujourd’hui peut se révéler à l’avenir incontournable face à des situations décisives. Ce serait donc une erreur de management politique que de confiner le parti du président Anaky Kobena dans un rôle d’accompagnateur de façade.

Que dire à l’adresse des dirigeants du Mfa ? Rien ne va de soi…Seuls ceux qui travaillent et persévèrent arrivent à produire du résultat. La frustration est un carburant qui permet d’aller de l’avant et de travailler au dépassement de soi. Comme je le dis souvent aux personnalités que je coache, qu’aucune frustration ne soit pour vous un élément paralysant qui vous empêcherait d’atteindre vos objectifs. Commencez par admettre qu’il y a également des réglages à faire à votre propre niveau. Considérez ensuite les frustrations actuelles comme une opportunité de vous armer et de vous outiller afin d’améliorer vos performances. N’oubliez pas que la politique, c’est aussi une question de rapport de forces.

 

Par le Dr ALEXIS GEORGES KOUNOUHO

georexk@gmail.com

lementor.net

Auteur :

Source :

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here